Les origines du SARS-CoV 2 révélées ? Retour sur ces nouvelles découvertes de l’institut Pasteur qui changent la donne

Santé

18/05/2022

Il y a, maintenant plus d’un an et demi, que la pandémie de la Covid 19 à frappé le monde entier, sans savoir ni ce qu’était ce virus exactement, ni d’où il venait. Si le virus a été analysé assez rapidement, ces origines, quant à elles, restent floues. Cependant, des récentes découvertes de l’Institut Pasteur remettent en cause les théories que l’on avait jusqu’à présent. Retour sur ces découvertes qui peuvent s’avérer être “une avancée majeure” pour les origines du SARS-CoV 2. 

La découverte 

Plusieurs chercheurs de l’Institut Pasteur ont mené une mission pendant plusieurs mois dans des grottes du Nord du Laos, proche de la frontière chinoise, à la recherche de réponse sur les origines de la Covid 19. Ils y ont analysé près de 645 chauves-souris dans l’espoir de trouver des similitudes avec le SARS-CoV 2, le virus responsable de la pandémie de la Covid 19. Et ce fut bénéfique : ils ont trouvé 3 coronavirus très proches du SARS-Cov 2 dont un qui se révèle être le virus le plus similaire jamais analysé jusqu’à maintenant. De cette découverte en a découlé une autre : ces coronavirus trouvés dans ces chauve-souris peuvent se transmettre directement à l’humain. 

Les théories 

Évidemment, cette découverte remet sur le devant de la scène l’hypothèse que le virus du SARS-CoV 2 ait été transmis directement d’une chauve-souris à l’humain. Cependant, ce n’est pas la seule théorie concernant les origines de la Covid 19. Une autre théorie, très probable d’après les chercheurs, est que le virus ait été transmis de la chauve-souris à l’Homme via l’intermédiaire d’un autre animal comme le pangolin, longtemps cité. La Chine, quant à elle, défend la théorie que le virus de la Covid 19 est arrivé dans le pays via des produits surgelés importés sur lesquels le virus serait resté plusieurs semaines. Cette hypothèse est jugée peu probable d’après l’Organisations Mondiale de la Santé (OMS) ce qui accuse la Chine de tenter de se “dédouaner”. Enfin, la bien connue hypothèse d’une fuite du virus d’un laboratoire en Chine a été jugée “extrêmement improbable” d’après l’OMS. 

Toujours des zones d’ombres 

Comme nous l’avons vu, cette découverte permet une grande avancée dans la recherche des origines de ce virus mais soulève, également, beaucoup de questions. Il y a toujours des zones d’ombres et l’extrême nouveauté de cette découverte fait qu’elle est à prendre avec des pincettes. Quoi qu’il en soit, cette découverte est une bonne nouvelle pour la Chine longtemps accusée car ces chauve-souris ont été analysées à près de 2000 km du centre chinois, au-delà de ces frontières.